AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 EZEKIEL ; on such a winter's day

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
★ Messages : 28
★ Age : 29
★ Prénom/Pseudo : .bittersweet
★ Célébrité : ashSEXYstymest


MessageSujet: EZEKIEL ; on such a winter's day   Dim 5 Sep - 15:36

EZEKIEL PAXTON WILDWORTH
21 ans, né à Liverpool, Disquaire, Célibataire, Montrose



© Mia // Ash Stymest


★ questions

Répondez à ces quelques questions...
◆ Quelle est votre madeleine de Proust ?
léger rire, se gratte la tempe droite les yeux baissés Un toit de maison... J'devais avoir sept ans... Ou un truc dans le genre... Bref. Mon père et moi étions entrain de me préparer des " ailes " à partir de deux planches de bois. silence C'était mon idée.. Je voulais voir ce que c'était que d'être un oiseau. Libre, indépendant... Je voulais sentir le vent caresser mes joues, passer dans mes cheveux comme les doigts d'une fille. baisse légèrement les yeux, se mordille la lèvre inférieure, silence... On est montés sur le toit de la maison. Il savait très bien que j'allais me casser la gueule, et que ça n'allait pas marcher notre truc d'oiseau... Mais il a voulu que j'apprenne de mes erreurs, surement. hausse les épaules Ou un truc dans le genre. Bref... Je lui ai lancé un dernier regard avant de m'abandonner aux bras de dames nature qui, vilaine fille, m'a laisser complètement tomber, face première sur le gazon. tape des mains à la verticale, désignant la chute... Bien sure, le reste de la soirée s'est déroulée à l'hôpital, et... étrangement, il ne m'en a pas voulu. On en a rit, et je suis certain qu'on en rirais encore aujourd'hui... silence
◆ Comment vous trouvez-vous physiquement ? Et quelle partie de votre corps préférez-vous le plus ?
sort une cigarette de son paquet et la place entre ses lèvres Physiquement ? l'allume et tire une longue bouffée avant de rejeter la fumée grisâtre d'entre ses lèvres Je sais pas... Je me trouve très banal, malgré le regard des autres. Quoi ?! Vous n'avez jamais vu un gars tatoué auparavant ? roule les yeux Le pire c'est que ce n'est même pas excessif.. Bref. Ma partie préférée étire la syllabe, levant les yeux vers le haut, visiblement à la recherche de la réponse Mes.. Bras ?
◆ Quelles sont vos principales qualités et vos principaux défauts ?
hausse les épaules les gens trouvent que j'ai plus de défauts que de qualités. Mais bon, puisque vous insistez.. J'suis... pause, réfléchis.. À l'écoute. Et j'suis... Rancunier. C'est tout ce que j'ai envie de partager, le reste vous n'avez qu'à prendre la peine de me connaître. clin d'œil
◆ Qu'est-ce qui vous irrite le plus chez les autres ?
L'hypocrisie. Je déteste quand les gens sont malhonnêtes. J'veux dire.. Come on. Si tu ne m'aimes pas, ou si tu as quelque chose à me dire, au lieu d'aller le dire à monsieur X ou madame Y, viens me le dire. La pire chose qui peut arriver est que tu partes défiguré ou démembré. , hausse l'épaule droite, sourire narquois
◆ Êtes-vous satisfait de votre vie actuelle ? Si vous aviez la possibilité de changer quelque chose, le feriez-vous et pour quoi ?
Très satisfait. J'suis loin de la mère, quoi demander de mieux ?
◆ Quel endroit de Houston fréquentez-vous le plus ?
Les bars, sans hésiter.
◆ Pourriez-nous vous parler de votre premier rapport sexuel ?
écarquille les yeux, hoche négativement la tête de dégoût afin d'effacer les mauvais souvenirs, horrifié Jamais !
◆ Êtes-vous un adepte des grands excès ? Ou avez-vous des fantasmes non-révélés ?
tire une longue bouffée de sa cigarette en fermant les yeux pour enfin rejeter la fumée d'entre ses lèvres Écoutez, on a tous été adepte de grands excès, et on a tous des fantasmes non-révélés. De l'intello semi-géni qui sniffe de la coke, au motard qui fantasme de s'taper une fille vêtue en écolière. hausse les épaules Quant à moi... J'ai été adepte de grands excès, et je le suis encore. La drogue c'est une partie de ma vie, et personne n'a réussi à m'en détacher. baisse les yeux Et les fantasmes... C'est un peu .. lève les yeux, hoche rapidement la tête en signe négatif Nope. J'le révèle pas.
◆ Pour finir, quels sont les trois objets que vous emmèneriez sur une île déserte ?
Ehm.. Deux paquets de cigarettes et " Catch 22 ". silence... Bah ? Je finirai par me trouver quelque chose à faire sur cette île autre que lire.
◆ Comment c'est passé votre bal de promo ? Et si vous ne l'avez pas encore vécu, qu'attendez-vous de ce jour spécial ?
Tire une dernière bouffée de sa cigarette avant de l'écraser.. Je croyais que la question précédant était la dernière question ? soupire Mon bal de Promo... Bah. Voir une bande de garçons au sommet de leur hormones après les filles les unes plus garces que l'autre, danser comme des idiots sur une piste de danse - et honnêtement ce n'était pas le plus beau des spectacles - entassés comme des sardines, ivres morts, pour enfin finir dans le même lit ensemble... C'était.. Comment dire... plisse légèrement les yeux, faux sourire, sarcasme La soirée de ma vie.
★ portrait chinois

Si j'étais...
◆ un animal : L'hirondelle.
◆ une saison : L'automne.
◆ une boisson : Whisky.
◆ une qualité : La naïveté.
◆ un défaut : La rancune.
◆ un film : Bonnie & Clyde
◆ un personnage célèbre : Marilyne Monroe.
◆ un pouvoir magique : Téléportation.
◆ un style de musique : Rock.
◆ un objet : Une guitare.
◆ une ville : Dublin.
◆ un métier : Superman.

Spoiler:
 


Dernière édition par Ezekiel P. Wildworth le Dim 5 Sep - 17:40, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
★ Messages : 28
★ Age : 29
★ Prénom/Pseudo : .bittersweet
★ Célébrité : ashSEXYstymest


MessageSujet: Re: EZEKIEL ; on such a winter's day   Dim 5 Sep - 15:36

    ★ histoire & more

    Les grandes lignes, ou pas...

      « J'pense que j'suis fait pour pas avoir de mère. »
      « Peut-être que ta mère est faite pour ne pas avoir de fils... »

      J'AI TUÉ MA MÈRE, Xavier Dolan

      « Je suis enceinte », a déclaré une brunette en larmes. Alors que ce moment devrait être le plus beau moment d’un couple, pour elle, c’est visiblement la pire chose au monde qui puisse lui être arrivée. C'est la fin du monde. Tout s'écroule alors qu'elle tient ce maudit bâton blanc indiquant un « + » de couleur rose. Tout commença par une bière… Puis deux… Trois… Pour en finir avec six. Six bières. Six. Ils étaient seuls, un lit était à leur disposition, et ils l’ont utilisés à leur avantage. N’auriez-vous pas fait pareil ? Si vous me dites non, soit que vous êtes complètement menteurs, ou vous êtes simplement prudents. Trop prudents. La prudence... c’est ce qui a laqué chez ces deux jeunes adultes, puisque neuf mois plus tard, elle donna naissance à…

      Un garçon.
      Oui. Un garçon.

      « C’est un beau petit garçon, mademoiselle Lemming ! », si les regards pouvaient tuer, alors Marie aurait commis un meurtre, là, alors qu’ils étaient entrain de sortir l’enfant d’elle. Elle qui voulait tant une fille, elle qui rêvait d’avoir une fille, elle qui se faisait des scénarios où elle lui glissait, telle une poupée, une jolie robe sur son petit corps, avec de jolies petites couettes rousse, car elle allait être rousse cette petite fille, et bouclées de chaque côté de sa tête, elle qui souhaitait de tout son âme d’avoir une petite fille… Elle a eue un garçon. « Un quoi ? », prononça-t-elle d'une voix rauque, refoulant cette colère qui commençait à gronder sa poitrine. « Un beau petit garçon ! », lui répéta le docteur, qui lui montra cette chose couverte de sang qu’il tenait de ses deux mains. Pas un sourire. Pas un seul. Elle regarda cet enfant pleurer, gigoter, se faire peser, mesurer… et tout ce qu’elle pu se dire mentalement fut « C’est une erreur… Je n’ai pas voulu de garçon… Une erreur. »
      Une erreur.


    CINQ ANS PLUS TARD

      « Comment a été ta journée à l’école, Ezekiel ? », lui demanda sa mère. Le jeune garçon leva les yeux de son plat à la source de cette question et haussa les épaules. « Bien… J’ai eu A+ à mon devoir… », prononce-t-il de sa voix animant un enthousiasme qui se dissous assez rapidement alors que sa mère ne paie aucune véritable attention à ce qu’il dit réellement. « Et... J’ai une petite amie. », dit-il simplement pour la voir réagir. Mais rien. « Ah, c’est bien, c’est bien. », prononce-t-elle toujours en regardant son plat de nourriture. Ce n’est pas vraiment la réaction que Ezekiel espérait. Alors, continuons… « Et… J’ai battu un garçon cet après-midi parce qu’il a volé mon dîner ». Mensonge, mensonge. Mais même là, aucune réaction. « Je suis un canard », le pauvre, il n’avait plus d’autres idées. Et dire que les conneries allaient attirer l'attention dont il voulait désespérément avoir.. « Je crois que t’as passé le stade où tu te prenais pour un animal, Ezekiel », lui murmura sa mère. Roulant les yeux, il replonge son regard sur son assiette qui, clairement, devenait froide alors qu’il tentait d’avoir l’attention de sa mère, et reprend son souper.


    C’était ainsi à toutes les fois qu’on, réduit de trois à deux, était à la table. Lorsque mon père était présent, et lorsqu’on vivait encore à Liverpool, les soupers n’étaient pas comme ça. L’interaction entre mon père et moi était beaucoup plus vibrante que l’interaction que j’ai avec ma mère. Lorsque j’étais avec son père, j’avais franchement hâte de quitter la table pour qu’on puisse retourner à nos occupations, gesticule avec les mains soit jouer de la musique ensemble, soit jouer à un sport quelconque dans le jardin… Croyez-le ou non, j’aimais même faire mes travaux scolaires avec mon père. Il avait ce quelque chose que ma mère n’avait, et n’à toujours pas. pause, baisse les yeux quelques secondes Mais toute bonne chose à sa fin. Mes parents se sont séparés, roulement de yeux, ton de voix plutôt blasé entente mutuelle qu’ils ont dit. Et ils m’ont calmement et clairement dit que cette décision n’avait rien avoir avec moi, qu’ils m’aimeraient autant tous les deux malgré leur séparation, et gesticule bla, bla, bla… hoche la tête négativement Mais je savais que tout allait changer. Je savais pertinemment que ma mère allait rester cloitrée dans la maison qu’on partageait tous les deux à Huston, je savais que mon père n’allait plus rappeler après les trois fois qu’il l’a fait. Trois fois où il a eu droit aux cris de ma mère, l’accusant de Dieu sait quoi. roulement de yeux, soupire, silence Je savais que j’avais tout perdu le jour où ils m’ont assis et m’ont annoncé leur séparation.

    Je m’ennuyais de mon père. Je m’ennuyais de l’attention et de l’écoute qu’il me donnait. Je m’ennuyais de nos jeux bidon, de ses blagues à deux balles… Je m’ennuyais de la manière qu’il avait de me persuader de quelque chose, comme quand il m’a fait croire que le père noël était un cowboy. pause, rires Je m’ennuyais de lui, tout simplement. Je voulais être ailleurs… Je voulais être avec lui au lieu d’être avec elle. On dirait qu’à toutes les fois que j’étais en sa présence, une rage bouillait en moi, et ça devenait de plus en plus incontrôlable à travers les années. À cinq ans, tout ce que je voulais était un simple regard…silence Un regard de sa part aurait été l’équivalent au gros lot gagné à la loterie. Après tout, tout ce dont un enfant à besoin à cet âge-là est l’amour d’une mère. J’entendais mes camarades de classer parler de leur mère, comment elle leur faisait ci, comment ils allaient là, comment ci, ça… La mienne n’était tout simplement pas prête à le devenir. Elle est tombée enceinte et a emménagé avec celui qui l'a gonflé tout simplement parce que c'est ce que les autres attendaient d'elle. pause Ouais.. Elle n'était pas prête à devenir mère.

    TREIZE ANS PLUS TARD